Novak Djokovic : le tennisman serbe est détenu en Australie après que le gouvernement a annulé son visa pour la deuxième fois

Un nouveau bras de fer entre la star du tennis Novak Djokovic et le gouvernement australien a débuté dimanche (heure locale) devant un tribunal de trois juges dans la ville de Melbourne.

La star serbe du tennis a été placée en détention samedi après que le gouvernement australien a annulé son visa pour la deuxième fois dans le cadre d’un litige concernant son droit de rester dans le pays sans être vacciné contre le covid-19, une décision qu’il avait le droit de contester.

Lors de l’audience en appel, qui a débuté à 9h30 heure locale (22h30 GMT samedi) et a duré plus de quatre heures, le gouvernement a présenté des documents qui, selon lui, montrent que la présence de Djokovic en Australie a entraîné une montée du sentiment anti-vaccin.

De l’autre côté, les avocats du joueur de tennis affirment qu’il n’y a aucune preuve pour soutenir les allégations selon lesquelles la présence de Djokovic a suscité un tel sentiment et ont qualifié l’accusation de « quelque peu perverse« .

La décision d’annuler le visa pour la deuxième fois et la détention qui s’en est suivie, que les autorités australiennes ont fondée sur la « santé et le bon ordre », signifient que le joueur risque l’expulsion et une interdiction de trois ans d’obtenir un nouveau visa.

Après l’audience, qui a été diffusée en direct sur YouTube, le magistrat président James Allsop a déclaré que les trois magistrats annonceraient leur décision lundi au plus tard.

Au milieu d’une grande attente, les organisateurs de l’Open d’Australie ont annoncé l’ordre de jeu dans lequel le match du premier tour du tournoi entre Djokovic et son compatriote Miomir Kecmanović était prévu à 21h00 lundi (10h00 GMT), si la décision lui est favorable.

Raisons de santé et de bon ordre

« J’ai exercé aujourd’hui mon pouvoir d’annuler le visa de M. Novak Djokovic pour des raisons de santé et de bon ordre, en considérant qu’il était dans l’intérêt public de le faire« , a annoncé samedi le ministre australien de l’Immigration, Alex Hawke, dans un communiqué.

Le Premier ministre australien, Scott Morrison, a déclaré que la décision avait été prise après « mûre réflexion« .

« Les Australiens ont fait de nombreux sacrifices durant cette pandémie et sont en droit d’attendre que les résultats de ces sacrifices soient protégés« , a-t-il ajouté dans un communiqué.

Pendant ce temps, le président serbe Aleksandar Vucic a condamné cette décision et a envoyé un message à Djokovic sur Instagram : « Novak, nous te soutenons. »

« S’ils voulaient interdire à Novak Djokovic de remporter le 10e trophée à Melbourne, pourquoi ne l’ont-ils pas expulsé immédiatement, pourquoi ne lui ont-ils pas dit ‘il est impossible d’obtenir un visa’ ? » a ajouté Vucic.

Le visa de Djokovic a été révoqué pour la première fois peu après son arrivée à Melbourne, le 6 janvier, après que des fonctionnaires de l’Australian Border Force ont déclaré qu’il n’avait pas fourni de preuves suffisantes pour bénéficier d’une dispense de vaccin.

Djokovic s’est initialement inscrit en vertu d’une exemption accordée par l’Association australienne de tennis et l’État de Victoria, où se déroule l’Open. Bien que la raison de l’exemption n’ait pas été divulguée au départ, les avocats du joueur de tennis ont déclaré que la raison était qu’il avait récemment eu le covid.

La nouvelle de l’arrestation du joueur de tennis intervient après qu’il a répondu aux allégations selon lesquelles il avait également fait une fausse déclaration sur son formulaire de voyage, qui indiquait qu’il n’avait pas voyagé au cours des 14 jours précédant son arrivée en Australie, alors qu’il était en fait en Espagne.

Djokovic a soutenu que l’erreur avait été commise par son agent, la qualifiant d' »erreur humaine » et ajoutant qu’elle n’était « pas délibérée ».

Il a également admis avoir rencontré un journaliste et avoir eu une séance photo après avoir été testé positif au covid-19.

« Je suis opposé aux vaccins »

Certains Australiens, qui ont vécu un long et strict enfermement, ont été outrés après que Djokovic ait été autorisé à entrer dans le pays bien qu’il ne soit pas vacciné.

L’athlète a déclaré en avril de l’année dernière : « Je suis personnellement opposé aux vaccinations et je ne voudrais pas qu’on m’oblige à me faire vacciner pour pouvoir voyager.

Des dizaines de milliers de cas de covidés sont recensés chaque jour en Australie, après que le pays a été soumis à l’une des quarantaines les plus strictes du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.