Tsunami à Tonga : une violente éruption volcanique déclenche des vagues géantes dans le Pacifique Sud

Des vagues de tsunami provoquées par une éruption volcanique massive ont frappé samedi l’île des Tonga, dans l’océan Pacifique, mettant en alerte le Chili, le Japon et les États-Unis.

L’éruption du volcan sous-marin Hunga-Tonga-Hunga-Ha’apai a déclenché dans le Pacifique Sud de puissantes vagues dont on craignait qu’elles aient des répercussions dans plusieurs pays.

Les États-Unis ont conseillé aux personnes vivant près de la côte ouest du pays de ne pas se rendre à la plage par mesure de précaution.

Le Japon a également émis un avertissement, qu’il a levé dimanche, et a demandé à ses citoyens de ne pas s’approcher de la côte Pacifique.

Des vagues de tsunami de 1,2 mètre de haut ont été enregistrées sur une île japonaise.

Le Bureau national d’urgence du Chili (Onemi) a d’abord averti de la possibilité qu’un « tsunami mineur » atteigne l’Île de Pâques et a demandé à la population de quitter la zone de la plage.

Bien qu’aucune grande houle n’ait atteint les côtes chiliennes samedi soir, des images de la mer qui se retire dans les stations balnéaires populaires de Bíobio et Valparaíso ont circulé sur les réseaux sociaux.

« En principe, ces vagues qui reculent pourraient être anecdotiques, mais il est également possible que la mer revienne avec plus de force. On récolte ce que l’on sème« , a expliqué Aldea.

Inquiétude pour les Tonga

Les États-Unis ont exprimé leur « profonde préoccupation » pour le peuple des Tonga. Le secrétaire d’État Antony Blinken a promis l’aide américaine à la nation insulaire.

Le Premier ministre néo-zélandais, Jacinda Ardern, a déclaré dimanche que les Tonga avaient subi d’importants dégâts, mais qu’aucun décès n’avait été signalé jusqu’à présent.

La communication avec l’île reste difficile, les téléphones portables ne fonctionnent pas et Mme Ardern a déclaré qu’elle n’avait pas pu contacter son homologue des Tonga.

Le Premier ministre s’est engagé à aider à réparer le câble sous-marin, si nécessaire, et a annoncé le déploiement de la marine néo-zélandaise.

Que s’est-il passé ?

Des vidéos diffusées sur les médias sociaux ont montré de l’eau traversant une église et plusieurs maisons à Tonga. Des témoins ont également décrit des chutes de cendres sur la capitale, Nukualofa.

L’alerte au tsunami a poussé les habitants des Tonga à se réfugier sur des terrains plus élevés.

La capitale des Tonga est située à seulement 65 kilomètres au nord du volcan.

Mere Taufa, une habitante, a déclaré que l’éruption s’est produite alors que sa famille préparait le dîner. Son jeune frère pensait que c’était des bombes qui explosaient à proximité.

« Mon premier réflexe a été de me mettre à l’abri sous la table, j’ai attrapé ma petite sœur et j’ai crié à mes parents et aux autres personnes présentes dans la maison de faire de même« , a-t-elle déclaré, selon le site d’information Stuff.co.nz.

Taufa a ajouté que l’instant d’après, l’eau s’engouffrait dans sa maison.

« On pouvait entendre des cris partout, des gens qui criaient pour leur sécurité, pour que tout le monde se mette en hauteur« , a-t-il dit.

Selon le service géologique de Tonga, les panaches de gaz, de fumée et de cendres éjectés du volcan ont atteint 20 kilomètres dans le ciel.

Le professeur Shane Cronin, volcanologue à l’université d’Auckland (Nouvelle-Zélande), a déclaré que l’éruption était l’une des plus importantes des 30 dernières années aux Tonga.

« C’est un événement assez important, en tout cas l’une des éruptions les plus significatives de la dernière décennie« , a déclaré Cronin

« La chose la plus remarquable est la rapidité et la violence de son expansion. Celui-ci était plus grand, plus large et produisait beaucoup plus de cendres. Je prédis qu’il y aura plusieurs centimètres de cendres déposées sur les Tonga« , a-t-il ajouté.

L’éruption, qui a duré huit minutes, a été si violente qu’elle a pu être entendue comme un « fort tonnerre » aux Fidji, à plus de 800 kilomètres de là, selon les autorités de Suva, la capitale.

Autres avertissements du gouvernement

Le gouvernement fidjien a émis des alertes au tsunami et ouvert des centres d’évacuation pour les habitants des zones côtières de faible altitude.

Le Vanuatu, autre nation insulaire du Pacifique, a émis un avertissement similaire.

Un porte-parole du gouvernement australien a déclaré que le premier ministre et le ministre des affaires étrangères suivent la situation et sont prêts à apporter leur soutien.

L’alerte au tsunami a également été lancée pour les régions de la côte est de l’Australie et de la Tasmanie.

Les autorités australiennes ont demandé aux habitants de l’État de Nouvelle-Galles du Sud (est) de sortir de la mer et de s’éloigner du rivage.

En Nouvelle-Zélande, qui se trouve à plus de 2 300 kilomètres, les autorités ont mis en garde contre d’éventuelles tempêtes.

L’Agence nationale de gestion des urgences a déclaré que les zones côtières du nord et de l’est de l’île du Nord pourraient subir « des courants exceptionnellement forts et des houles côtières imprévisibles« .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.